Enfin terminée, ma seconde réalisation en patchwork!
J'en ai bavé, pour causer familièrement.
Kézako? Une housse dans laquelle on glisse un coussinet (fabrication maison, un rectangle 5 cm plus large que la housse terminée, quelques piqûres à la machine pour former des bandes centrales) rempli de noyaux de cerises.  Quelle idée étrange, voire perverse...  On place ensuite cet objet devant son clavier d'ordinateur, et on y repose ses petits poignets, qui plus jamais ne colleront  sur la nappe (je tape beaucoup sur mon portable et il ya deux ans j'ai développé une petite dermatite au poignée droit, encore visible un an plus tard. Plus jamais ça!) Pourquoi donc des noyaux de cerises? Parce qu'il conservent la chaleur particulièrement longtemps; ainsi, si on tient particulièrement à son petit confort, on peut passer la housse interne au micro-onde (2mn) et poser ses délicates menottes sur la chaufferette de la femme moderne... 

Cet accessoire de mode (je plaisante) est également un projet d'étude. Le but que je m'étais fixé (je m'intéresse un peu à la littérature à contrainte, plus peut-être un jour à ce sujet... et pratique donc parfois la couture à contrainte, pourquoi pas?), c'était de pratiquer des techniques de patchwork que je ne connaissais pas (pas trop difficile, vu que je n'en connais en fait aucune!).
J'ai donc sélectionné pour le recto ces demi-rectangles que l'on voit beaucoup dans les patchworks japonais et que j'aime particulièrement (ne me demandez surtout pas pourquoi!) - résultat:

coussinet_ordi_1

et pour le verso, dans le but de créer un contraste formel assez fort, le quart de cercle (assez japonisant également). J'ai cousu (et surtout décousu!) les demi-rectangles à la machine et les quarts de cercle à la main. Résultat:

coussinetordi21

Dans la vraie vie, c'est plus carré, mais le scanner a un peu tout écrasé, screugneugneu!

[désolée, voilà le docu-fiction sur notre ancêtre à toutes et à tous, ce bon vieil Otzi qui commence... à suivre...]
[Bon, Otzi n'est pas un berger -selon le modèle de la pastorale-, pas un guerrier commerçant -selon le  modèle épique-,  mais un chef de village  dont la tribu fut éliminée pour le contrôle des réserves naturelle, du cuivre en particulier (avec le cuivre on faisait des haches...) A chaque époque son modèle de récit... fin de la parenthèse]

Je tire deux leçons de cet ouvrage:
d'abord, il ne faut pas utiliser du tissu trop fin de qualité médiocre: j'ai dû démonter les deux rayures de demi-rectangles du centre car le tissu noir et blanc que j'avais choisi était beaucoup trop mou et nuisait à la régularité de l'ensemble;
ensuite, en ce qui concerne les quarts de cercle, travailler plus grand afin de pouvoir recouper le bloc après couture des deux pièces afin d'obtenir un bloc bien carré (le bloc carpe koi en haut à gauche est légèrement plus petit que les trois autres car pour obtenir un bloc aux angles bien droit j'ai dû éliminer pas mal de tissu...)

Je le trouve ensuite intéressant du point de vue des couleurs: du côté des quarts de cercle, il est visible que le fond blanc fluidifie les contours tandis que le fond noir rend les couleurs plus vives. Du côté des demi-rectangles, les deux fausses erreurs (les demi-rectangles orange et vert alors que tous les autres sont bleus) rompent la répétitivité du motif et éclairent les couleurs sombres. Ceci étant dit, j'ai l'impression de tâtonner dans le choix des couleurs...
Avez-vous des commentaires sur les couleurs? des suggestions?
La petite folie qui me ravit particulièrement: le yoyo au centre des quarts de cercle: j'adore les yoyos, mais bon, m'enfin, difficile d'éviter le côté mère-grand de la chose.
Ici, c'est un yoyo très discret (je crois, j'espère, je veux m'en convaincre)!