Mon premier collier de laine est terminé - la platitude de cet énoncé est bien loin d'exprimer ma joie, comme quoi le langage est bien inapte à rendre la complexité du sentiment humain!

Il ne ressemble vraiment pas aux autres! Il affirme son style à lui. J'ai utilisé l'unique pelote de laine que j'avais achetée au moment où je pensais, inconsciente, tricoter l'écharpe zigouigouis dont Sarah de Normandie avait généreusement traduit les explications. Ayant dû rendre les armes/aiguilles face au point mousse, bien trop fort pour moi, me restait cette pelote colorée qui me faisait de l'oeil... Hum, et si j'en faisais un collier?

Commencé il y a un bail, il est longtemps resté pour ainsi dire dans les limbes, dans cette entre-deux où séjournent les colliers terminés mais pas finis. J'ai tout de suite vu que j'allais laisser pendouiller certains brins de laine au lieu de tout rentrer, mais que faire d'autre pour l'habiller? Car je le trouvais un peu plat-plat, plan-plan, pour tout dire popotte, plumplumpudding dans la langue de Shksp... Il m'a causé bien du souci!

collier_laine

(là, collier dans les limbes - vu de dos, le chaos n'était pas total, non plus!)

J'ai même embêté les copines pour avoir leur avis, testé leurs suggestions, ajouté de la laine, ajouté du coton mouliné, tissé des ponts, brodé des coquilles, rien n'y faisait. Et pendant ce temps, le collier flottait dans le no man's land d'où je le sortais (rarement) pour tester une nouvelle possibilité, en le maudissant, au bord de le renier, de le répudier, de l'exiler, jusqu'à ce que...

BINGO!

Couchées, mes hésitations, au panier mes tergiversations! Et couchée la laine - moui, j'ai fini par coucher la laine avec du coton mouliné!

Désormais, "Snakes and ladders" va pouvoir se balader autour de mon cou ravi!

2006_Liaisons_dangereuses

Ce ne sont pas des smarties (miam miam) mais des perles de bois (miam miam)...

Et, oui, oui, oui, Mr Chat, arrête de me poser cette question, il est dissymétrique EXPRES!

J'en ai profité pour tester un nouveau système de fermeture; je verrai à l'usage si ça n'est pas trop épais dans le cou ce double noeud...

Dès que j'aurai réussi à réunir un rayon de soleil (!) et un photographe officiel (!), je mets en ligne une photo de ce collier porté, bien plus séduisant autour d'un cou...

La morale de cette (longue) histoire, c'est que rien n'est jamais perdu, avec le textile en tout cas - le tissage bof-bof s'est avéré une base épatante à un délire tout à fait satisfaisant, lui. En ajoutant, en démontant, en complexifiant, on peut toujours rattraper un ratage ou un semi-ratage!

Vous connaissez ce jeu anglais, snakes and ladders, inventé par un Victorien d'après un jeu indien? Des photos du plateau que m'évoque ce collier (pas prémédité, hein!) ici, . Ici, on voit bien que ce jeu met en scène le combat entre le bien et le mal, tout un programme, pas un peu dangereux de baptiser mon collier comme ça???

Ah, j'oubliais, je le portais hier: il ne gratte pas du tout!